Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Éditorial du président

Le recours au temps supplémentaire obligatoire : la situation reste préoccupante

07 mars 2019
Le recours au temps supplémentaire obligatoire : la situation reste préoccupante

Que ce soit par vos communications avec nous, par vos messages sur les médias sociaux ou encore dans les médias de masse, l’OIIQ entend votre voix par rapport au recours fréquent, trop fréquent, au temps supplémentaire obligatoire (TSO) dans les établissements de santé du Québec. La position de l’OIIQ a toujours été claire sur cette question : le TSO est une mesure d’exception et doit le rester. Cette mesure n’est pas un mode de gestion qui peut être planifié en vue de pallier un manque de personnel.

Il importe de se rappeler que seuls l’infirmière et l’infirmier sont à même d’évaluer leur capacité à exercer. Nous vous encourageons à vous faire entendre auprès de vos représentants syndicaux si, après des échanges avec vos gestionnaires, on vous oblige à poursuivre vos activités professionnelles, bien que vous ayez signifié votre incapacité en ce sens.

Vous le savez, la gestion des horaires de travail et, conséquemment, du recours au TSO est une responsabilité des établissements; mais devant l’ampleur que prend ce dossier et compte tenu de notre responsabilité d’assurer la protection du public, l’OIIQ considère qu’il est temps en tant que société de prendre soin de ceux qui soignent afin qu’ils puissent offrir le meilleur d’eux-mêmes, et ce, dans des conditions d’exercice optimales.

Considérant les prises de position de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, d’abolir le temps supplémentaire obligatoire, l’OIIQ s’engage à faire part à la ministre de l’urgence de mettre sur les rails un plan d’action visant à solutionner cette situation rendue intenable pour les membres de la profession infirmière. Le prochain budget devrait contenir des sommes qui permettrait de le concrétiser.

Nous le réitérons : le Code de déontologie des infirmières et infirmiers ne doit pas être utilisé par l’employeur pour gérer une situation de manque de ressources, et inversement, par les infirmières et infirmiers dans le but de signifier leur refus de principe du TSO ou de cautionner un geste collectif.

Nous vous invitons à lire cette chronique déontologique dans laquelle vous retrouverez plus d’informations sur la façon de gérer ces situations et de respecter vos obligations professionnelles.

Pour aller plus loin