Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique professionnelle
Perspective infirmière | Printemps 2021

Les changements climatiques et les soins infirmiers : de la connaissance à la pratique

Fiona Hanley, inf., B.A., B. Sc. inf., M. Sc., Bruno Pilote, inf., M. Sc., Ph. D., et Joanie Belleau, inf., M. Sc. inf.

Les changements climatiques et les soins infirmiers : de la connaissance à la pratique

Nous constatons déjà de multiples effets climatiques et environnementaux résultant des changements climatiques (CC) : vagues de chaleur et sécheresses prolongées, tempêtes et inondations majeures, fonte des calottes glaciaires, élévation du niveau des océans, feux de forêts extrêmes et augmentation de l’incidence des maladies infectieuses, telles que les zoonoses.

Objectifs d’apprentissage
  1. Évaluer l’importance de considérer l’environnement climatique comme une dimension à part entière de la personne, influençant sa trajectoire de soin. 

  2. Expliquer les effets des changements climatiques sur la santé des personnes. 

  3. Cibler les caractéristiques et conditions de santé des personnes les plus à risque d’être affectées par les changements climatiques.  

  4. Reconnaître les risques sanitaires associés à la pollution de l’air et à la chaleur extrême et incorporer à sa pratique des interventions infirmières permettant de les réduire. 

En juillet 2020, le Québec vivait sa quatrième vague de chaleur depuis le début de l’été. Cette condition climatique extrême est l’une des nombreuses conséquences des CC. Ces derniers menacent les déterminants sociaux de la santé, avec des effets disproportionnés sur certains groupes de la population, en particulier les enfants, les personnes âgées, les communautés à faibles revenus ainsi que les communautés autochtones et racisées.

Certaines populations sont plus à risque en raison d’une exposition plus importante, d’une sensibilité accrue ou d’une capacité réduite à faire face aux effets du climat (Islam et Winkel, 2017; Société canadienne de pédiatrie, 2019). Tout le monde ne vit pas cet épisode de chaleur de la même manière; certains peuvent bénéficier de mesures d’atténuation telles que la climatisation, tandis que d’autres ne le peuvent pas. En effet, les conséquences de la chaleur extrême sont à géométrie variable, reflet des inégalités sociales. À titre d’exemple, durant l’été 2020, les restrictions sanitaires liées à la pandémie ont réduit l’accès aux ressources pour amoindrir les effets de la chaleur sur le corps comme les piscines publiques ou encore les lieux climatisés dont les bibliothèques, les centres communautaires et les aires de restauration, ce qui a ainsi rendu les gens confinés dans des endroits sans climatisation. Tous ces facteurs aggravent les effets de la chaleur sur la santé physique et mentale (Loewen, 2020).

 

Pour aller plus loin