Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Fondation OIIQ

Les lauréats 2018 des subventions de la Fondation de l’OIIQ

Frédérique Morier

|
01 mars 2018

Au Saguenay–Lac-Saint-Jean, des infirmières et infirmiers de groupes de médecine familiale (GMF) accompagneront les personnes touchées par le cancer dès l’annonce du diagnostic. En Outaouais, des infirmières d’une clinique de planification des naissances animeront des ateliers sur la contraception dans les ressources communautaires de la région.

Toujours fière de miser sur le déploiement de l’expertise infirmière en vue d’offrir de meilleurs soins à la population, la Fondation de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a accordé, en janvier dernier, ses subventions annuelles d’un montant totalisant 250 000 $ à deux projets inspirants et novateurs déployés au Saguenay–Lac-Saint-Jean et en Outaouais.

La subvention Pour mieux soigner attribuée au CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean

L’importante subvention Pour mieux soigner, d’une somme de 225 000 $, a été remise au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean pour un projet visant à favoriser un accompagnement précoce des personnes à qui l’on vient d’annoncer un diagnostic de cancer par des infirmières et infirmiers exerçant dans les GMF. Cette démarche infirmière donnera lieu, le cas échéant, à une introduction plus rapide vers les soins palliatifs, nommés soins d’accompagnement.

La population desservie par les treize GMF du territoire deviendra la première au Québec à bénéficier de ce type d’accompagnement aussi tôt dans la trajectoire de soins, c’est-à-dire dès le moment où le patient apprend le diagnostic de cancer. Ce projet souhaite aussi atteindre l’objectif d’optimiser la contribution des infirmières et infirmiers œuvrant en GMF auprès des personnes touchées par le cancer tout au long de la trajectoire de soins.

Grâce à cette subvention, les infirmières et infirmiers de première ligne pourront offrir de meilleurs soins centrés sur les personnes touchées par le cancer, tout en leur permettant d’occuper pleinement l’étendue de leur champ d’exercice, notamment par leurs activités réservées telles que l’évaluation de la condition physique et mentale d’une personne symptomatique et la surveillance clinique. Elles deviendront aussi des personnes ressources significatives. « Souvent, les gens associent les soins palliatifs à la mort, souligne Sylvie Massé, directrice des soins infirmiers au CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Dans plusieurs cas, ils sont en fin de vie lorsqu’ils reçoivent des soins palliatifs. Avec ce projet, nous voulons changer les choses et offrir des soins d’accompagnement tôt dans la trajectoire de soins pour que les patients se sentent moins démunis, soutenus et mieux préparés face à la maladie et aux étapes à venir. »