Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Chronique déontologique

Mise en garde : médicaments non homologués par Santé Canada et traitements miracles

29 oct. 2015
Mise en garde : médicaments non homologués par Santé Canada et traitements miracles

Lorsque l’infirmière est appelée à administrer un médicament ou une substance ne provenant pas de la pharmacie d’un établissement du réseau de la santé ou d’une pharmacie communautaire, elle doit s’assurer que son administration est sécuritaire pour le client.

Pour ce faire, l’infirmière doit notamment s’assurer de la présence d’un numéro d’identification de médicament (DIN). Celui-ci est inscrit sur l'étiquette des médicaments de prescription ou des médicaments sans ordonnance qui ont été évalués et approuvés pour leur utilisation au Canada1. La présence du DIN indique que la formulation du médicament a été vérifiée tout comme son innocuité, son efficacité et sa qualité.

À l’heure du « village global » facilitant l’accès à des produits en provenance de partout dans le monde grâce à Internet, l’infirmière pourrait se demander si elle doit administrer ou pas de tels produits.

Par exemple, une infirmière travaillant dans le domaine de l’esthétique pourrait hésiter à administrer un produit de comblement en provenance de la Chine, acheté sur Internet. Ou encore, une personne en vacances au Québec pourrait demander à une infirmière de CLSC qu’elle lui administre un traitement en provenance de son pays d’origine.

Dans les deux cas, l’infirmière ne peut administrer les médicaments. En effet, l’article 45 du Code de déontologie2 précise que l’infirmière ne doit pas faire preuve de négligence lors de l’administration ou de l'ajustement d’un médicament ou d'une autre substance. Pour ce faire, elle doit notamment avoir une connaissance suffisante du médicament ou de la substance et respecter les principes et méthodes concernant son administration3.

Parmi ces principes, il y a l’obligation de tout mettre en œuvre pour assurer l’administration sécuritaire des médicaments. Or, l’administration de médicaments ne présentant aucun DIN est interdite puisque l’infirmière ne connaît ni la provenance, ni le contenu, ni la qualité du produit. Il pourrait donc être contrefait, ne contenir aucune molécule active, voire contenir des additifs dangereux pour la santé du client. Enfin, l’absence d’information sur la composition du médicament ou de la substance empêche de connaître les effets indésirables potentiels et les interactions possibles avec les médicaments habituels  des clients. En somme, les médicaments non homologués par Santé Canada ne doivent pas être administrés par les infirmières.

 

 


1 Page Web de Santé Canada consultée le 19 octobre 2015

2 Code de déontologie des infirmières et infirmiers, RLRQ, c. I-8, r. 9.

3 Pour plus de précisions sur les obligations déontologiques relatives à l’administration des médicaments, veuillez cliquer sur le lien suivant.