Offres d'emploi

 

Emplois de la profession infirmière

 

Employeurs

Affichez vos offres d'emploi

 

Chronique emploi

S’impliquer dans son milieu de travail pour propulser sa carrière

Par Philippe Jean Poirier

|
10 mai 2019
S’impliquer dans son milieu de travail pour propulser sa carrière

Vous cherchez à faire avancer votre carrière en soins infirmiers? Impliquez-vous dans votre milieu professionnel! En agrandissant votre réseau, en démontrant votre motivation et en établissant votre crédibilité, vous aurez toutes les chances d’obtenir le poste que vous convoitez.

Sandra D’Auteuil n’a pas attendu d’avoir terminé son baccalauréat en sciences infirmières pour s’impliquer dans la profession. « Pendant que j’étudiais à la technique, j’ai été bénévole pour Suicide Action Montréal. Je savais que je voulais travailler en santé mentale, et c’était pour moi une manière de prendre de l’expérience. »

Sandra D’Auteuil a commencé en faisant de l’écoute téléphonique, puis a suivi une formation en animation de rencontres individuelles et de groupe pour accompagner des personnes en deuil. « Grâce à cela, j’ai pu occuper dès le début de ma carrière des postes en consultation externe qui demandaient d’animer des groupes de patients. »

Aujourd’hui directrice adjointe des soins infirmiers au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Lanaudière, l’infirmière bachelière constate que faire du bénévolat dans un organisme à but non lucratif est bénéfique à bien des égards : « En s’investissant dans diverses activités, on est en mesure de valider l’orientation que l’on veut donner à sa carrière, en plus de développer son expertise, son leadership et son réseau professionnel. »

Des opportunités en milieu de travail

Les infirmières peuvent aussi participer aux différents comités internes d’un hôpital ou même auprès de leur ordre professionnel. Sandra D’Auteuil constate que celles qui s’engagent dans ces activités ont tendance à progresser rapidement.

« En s’impliquant dans un comité départemental, on peut recevoir des formations et développer une expertise sur un sujet clinique en particulier, explique-t-elle. On devient alors la personne de référence sur cette question. Ça permet de rayonner auprès de l’équipe médicale et de l’équipe de gestion, et ça ouvre beaucoup de portes. »

Manon Cody, conseillère en soins infirmiers au CISSS de la Côte-Nord, a fait ses premières armes de cette manière : « Après ma formation en techniques de soins infirmiers, j’ai travaillé au Centre mère-enfant de l’Hôpital de Sept-Îles, raconte-t-elle. Dès le début, j’ai participé aux comités départementaux, afin de contribuer à la mise sur pied de formations. »

Elle a aussi profité de son projet de baccalauréat pour créer un service de soutien pour les mères éprouvées par un deuil périnatal. « J’ai mis tout mon cœur dans ce projet-là. Je voulais produire quelque chose qui reste au sein de mon établissement pour toujours. Encore aujourd’hui, c’est un service que les mères utilisent. » Cette implication a, bien sûr, facilité sa progression de carrière.

 

Accéder à des postes clés en s’impliquant

Sandra D’Auteuil est aujourd’hui responsable de l’équipe de conseillères-cadres du CISSS de Lanaudière. Selon elle, c’est en grande partie grâce à son implication active qu’elle a obtenu ce poste.

« Alors que j’étais infirmière clinicienne, je siégeais au conseil des infirmiers et infirmières de mon établissement, tout en m’investissant au sein d’un organisme à but non lucratif, le Conseil des infirmières en santé mentale. Ces deux expériences m’ont fait connaître et ressortir du lot, et on m’a alors proposé un poste de gestion. »

Encore aujourd’hui, Sandra D’Auteuil continue de s’engager dans divers comités et organismes. Et elle compte bien conserver cette bonne pratique tout au long de sa carrière !