Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Éditorial du président
Perspective infirmière | Printemps 2021

Participation citoyenne aux États généraux de la profession infirmière

Redéfinir collectivement la mise à contribution de notre expertise

Luc Mathieu, inf., D.B.A.

Participation citoyenne aux États généraux de la profession infirmière
Éditorial

L’accès aux soins de santé est un enjeu majeur au Québec. Depuis plusieurs années, l’OIIQ accroît ses démarches auprès du grand public afin de faire valoir l’apport des infirmières et infirmiers à l’offre de soins et au système de santé, lui qui en compte près de 78 000 – sa force vive. Plus d’une fois, nous l’avons soutenu publiquement : l’expertise infirmière est l’une des clés pour améliorer l’efficacité et l’efficience du réseau de la santé à prodiguer les soins de qualité et sécuritaires dont la population québécoise a tant besoin.

La démarche citoyenne

En préparation des États généraux de la profession infirmière qui auront lieu les 20 et 21 mai prochain, l’OIIQ met l’accent sur le dialogue en donnant la possibilité aux citoyens de se prononcer sur la façon dont on recourt à l’expertise infirmière – enjeu qui les concerne au premier chef. Pour ce faire, l’OIIQ a mandaté l’Institut du Nouveau Monde (INM), une organisation indépendante et non partisane qui a tout mis en œuvre pour donner la parole aux citoyens. Ainsi, au cours des mois de février et de mars, un groupe de citoyens, composé de 19 personnes sélectionnées par l’INM, s’est réuni en vue de se pencher sur la question.

« Croyez-vous que l’on puisse mieux recourir aux compétences infirmières pour mieux soigner? Si oui, à quelles conditions? Si non, pourquoi? » Ces questions ont guidé la réflexion du groupe de citoyens, qui a d’abord participé à des séances d’information avec des experts du système de santé, pour ensuite délibérer en sous-comité et formuler un avis destiné à alimenter la réflexion collective dans le cadre des États généraux. Il est important de préciser que la sélection des experts s’est effectuée sous la responsabilité de l’INM, qui a suggéré deux comités consultatifs composés, dans un cas, d’associations infirmières et, dans l’autre, de parties prenantes liées au monde de la santé. Ces deux comités ont été interpellés afin de valider le choix des experts qui iront à la rencontre des citoyens.

Dans le cadre des États généraux, les participants auront l’occasion d’entendre les recommandations des citoyens qui seront présentés aux deux commissaires en vue de l’élaboration du rapport final. Rappelons que toute la communauté infirmière et du monde de la santé a eu l’opportunité de contribuer à la consultation en déposant un commentaire, un avis ou un mémoire. Plusieurs des auteurs de mémoires ou d’avis ont été entendus sur invitation, au cours du mois d’avril, au cours d’audiences publiques, accessibles à tous et présidées par les commissaires Francine Ducharme et Robert Salois.

Une démarche qui laissera sa marque

Investi de sa mission de protection du public, l’OIIQ déploie tous les efforts pour se rapprocher de ceux qui sont au cœur même de sa raison d’être, car c’est en construisant un rapprochement entre la population et notre profession et en intégrant la voix citoyenne que nous pourrons assurer la reconnaissance de notre expertise, tout en favorisant l’avancement de la profession et un meilleur accès aux soins de santé au plus grand bénéfice de tous. Il m’importe de préciser que cette première activité de l’OIIQ avec les citoyens est pour nous une source d’inspiration qui trouvera écho dans le déploiement de nos futures activités.

Pour aller plus loin