Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique clinique

Positionnement thérapeutique, modes de déplacement et modes de portage des bébés prématurés

Par Catherine Matte, physio., Anouk Lauzon Vincent, physio., Isabelle Milette, IPSNN, et Marie-Josée Martel, inf., Ph. D.

|
01 janv. 2018
Positionnement thérapeutique, modes de déplacement et modes de portage des bébés prématurés
Olivia, née à 24 semaines de gestation, était âgée de 28 semaines et 4 jours au moment de la prise de cette photo.

La prématurité d’un bébé ou son état de santé précaire – qu’il soit né prématurément ou à terme – sont deux situations qui nécessitent des précautions particulières pour son positionnement, son déplacement et son portage. Cet article aborde les principes à prendre en considération pour effectuer un positionnement thérapeutique, un déplacement et un portage sécuritaires.

En néonatologie, les changements de position sont nécessaires pour varier les points de pression sur le corps du bébé, favoriser un équilibre entre ses muscles extenseurs et fléchisseurs et pour prévenir les complications. Les positions prolongées et inadéquates en décubitus latéral, dorsal ou ventral du nouveau-né prématuré peuvent entraîner une hyperextension de tous les membres, une asymétrie posturale et des extrémités en abduction et rotation externe (Fern, 2011; Hunter, 2010; Sweeney et Gutierrez, 2010; Vaivre-Douret et Sizun, 2014).

Positionnement thérapeutique

Habituellement, les infirmières, avec les parents comme partenaires de soins, changent la position du bébé (position latérale gauche ou droite, dorsale ou ventrale) toutes les trois heures environ (ce délai peut être plus court ou plus long, en fonction de l’horaire des soins, des périodes de sommeil et d’éveil ou du moment de la journée). Pour aider le bébé à garder cette position, les infirmières utilisent des outils de positionnement ou des petits rouleaux de couverture. Ces précautions ont pour but d’éviter les déformations des articulations et des muscles ainsi que les problèmes liés à la forme de la tête.

Il existe cinq grands principes à respecter pour le positionnement thérapeutique (Martel et Milette, 2017).

 


Références

Fern, D. (2011). A neurodevelopmental care guide to positionning and handling the premature, fragile or sick infant, New-York, NY : DF Publishing.
Hunter, J. (2010). Therapeutic positionning: Neuromotor, physiologic and sleep implications. Dans C. Kenner et J. MacGrawth (dir.), Developmental care of newborns and infants (2e éd.) (p. 285-312), Chicago, IL : National Association of Neonatal Nurses.
Martel, M.-J. et Milette, I. (2017). Être parents à l’unité néonatale – Tisser des liens pour la vie. Montréal : Éditions du CHU Sainte-Justine.
Sweeney, J. K. et Gutierrez, T. (2010). The dynamic continuum of motor and musculoskeletal development: Implications for neonatal care and discharge teaching. Dans C. Kenner et J. MacGrawth (dir.), Developmental care of newborns and infants (2e éd.) (p. 236-248), Chicago, IL : National Association of Neonatal Nurses.
Vaivre-Douret, L. et Sizun, J. (2014). Postures en incubateur du nouveau-né prématuré. Dans B. Guillois, J. Sizun, C. Casper, G. Thiriez et P. Kuhn (dir.), Soins de développement en période néonatale – De la recherche à la pratique (p. 87-96). Paris (France) : Springer.
 

Pour aller plus loin