Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Actualité
Perspective infirmière | Automne 2021

Pour la santé de la planète et de ses habitants

Geoffrey Dirat

|
14 oct. 2021
Pour la santé de la planète et de ses habitants
En bref | Pour la santé de la planète et de ses habitants

Lors de son centenaire en 2008, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) a fait de la santé environnementale un des trois thèmes centraux de son anniversaire. Et pour ce faire, un groupe de travail réunissant des infirmiers et infirmières de partout au pays a été formé en amont pour réfléchir à la question.

Enseignante au Collège Dawson, à Montréal, et chargée de cours à l’École des sciences infirmières Ingram de l’Université McGill, Fiona Hanley faisait partie de ce groupe de référence sur l’environnement. « On a travaillé ensemble pour produire un podcast et des outils pédagogiques afin d’aider nos consœurs et confrères à mieux intégrer la santé environnementale dans leur pratique. Comme le sujet est vaste et qu’il y avait beaucoup à faire, on a voulu poursuivre au-delà du centenaire », se souvient-elle.

C’est ainsi qu’est née l’Association canadienne des infirmières et infirmiers pour l’environnement (AIIE), devenue l’un des réseaux d’expertise en soins infirmiers de l’AIIC. « On fonctionne comme une communauté de pratique; c’est un espace d’échange et de partage des savoirs », indique Fiona Hanley, représentante pour le Québec de l’AIIE.

L’objectif premier de l’AIIE est la sensibilisation et la formation des membres de la profession infirmière. « On constate qu’ils sont de plus en plus concernés par la protection de l’environnement et l’urgence climatique, notamment les étudiantes et étudiants », signale Fiona Hanley. L’AIIE a ainsi organisé une série de webinaires avec divers conférenciers pour aider ses membres à mieux comprendre les enjeux environnementaux en santé. Elle a aussi dernièrement mis en ligne une boîte à outils sur les changements climatiques, leurs répercussions sur la pratique infirmière et les moyens d’action dans les milieux de travail ou les milieux de soins.

« Il y a deux volets à considérer, indique Fiona Hanley. Le premier vise notre pratique elle-même et les gestes que nous pouvons poser pour en atténuer l’impact, que ce soit en réduisant les déchets médicaux ou en limitant le gaspillage alimentaire de nos patients, entre autres. Le second concerne directement les patients et la nécessité de prendre en compte leur propre environnement dans leur évaluation et dans les soins que nous leur prodiguons. » Elle cite par exemple les personnes ayant des maladies respiratoires ou cardiovasculaires et pour qui les épisodes de smog ou les périodes de canicule sont des facteurs aggravants. « Il faut avoir un portrait complet et global de la personne dans son environnement pour la soigner adéquatement. »

L’AIIE veut aussi faire avancer le sujet de la santé environnementale sur la place publique, en partenariat avec d’autres organisations. « Aujourd’hui, précise Fiona Hanley, on parle plus de santé planétaire pour englober d’autres aspects comme l’intersectionnalité et le racisme environnemental ou le racisme systémique. » Ces causes vous interpellent? L’AIIE cherche à se développer et à recruter de nouveaux membres.

Pour aller plus loin