Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

En bref

Pratique professionnelle en abandon du tabac

Pratique professionnelle en abandon du tabac

Le Collège des médecins du Québec (CMQ), l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), l’Ordre des pharmaciens du Québec (OPQ) et l’Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec (OPIQ) ont publié un cadre de référence conjoint sur la pratique professionnelle en abandon du tabac, dans le but de promouvoir une pratique professionnelle de qualité et optimale, tout en permettant de mettre à profit l’expertise de chaque membre du cercle de soins en matière d’abandon du tabac.

Conformément à leur mandat de protection du public, les quatre ordres professionnels continuent d’encourager leurs membres à faire de la lutte contre le tabac une priorité d’intervention et à faire valoir le rôle essentiel qu’ils peuvent jouer. De même, ils reconnaissent que l’information, la promotion de la santé et la prévention de la maladie auprès des individus, des familles et des collectivités se trouvent au coeur des activités professionnelles liées au champ d’exercice de leurs membres respectifs.

S’appuyant sur cette prémisse, le cadre de référence conjoint est le reflet d’un partenariat qui vise à soutenir la pratique professionnelle, à favoriser la collaboration interprofessionnelle et à développer la pratique collaborative entre tous les professionnels de la santé habilités à prescrire des médicaments pour la cessation tabagique.

En plus de mettre de l’avant la collaboration professionnelle et la pratique collaborative, le cadre de référence énonce une dizaine de conseils en lien avec le savoir-agir du professionnel en matière d’abandon du tabac. Par exemple, ce dernier saisira toutes les occasions d’intervenir, même minimalement, auprès du patient fumeur de tout âge, de le guider vers la décision de cesser de fumer et de le considérer comme un partenaire actif dans sa démarche d’abandon du tabac. Il dirigera le patient vers l’un ou l’autre des services spécialisés à proximité. Les services « J’arrête », par exemple, comprennent les centres d’abandon du tabagisme, une ligne téléphonique (1 866 JARRETE) et un service de messagerie texte (SMAT). Il fera preuve de prudence au sujet de la cigarette électronique (vapoteuse) et se tiendra au courant des études qui évaluent son efficacité comme aide à l’abandon du tabac. Il respectera aussi l’autonomie du patient qui n’a pas l’intention d’arrêter de fumer ou qui n’est pas prêt à passer à l’action, et d’intervenir à nouveau lors de la prochaine rencontre qui s’y prêtera.

On peut consulter le document Pratique professionnelle en abandon du tabac, Cadre de référence conjoint sur oiiq.org.

Pour aller plus loin