Pratique professionnelle

Vaccination contre l’influenza et contre la COVID-19

Pour la durée de l’état d’urgence sanitaire, de nouvelles personnes et des professionnels sont autorisés à administrer des vaccins contre l’influenza et contre la COVID-19, selon certaines conditions.

Vaccination contre l’influenza et contre la COVID-19 : qui fait quoi et à quelles conditions

Étant donné le grand nombre de personnes et de professionnels pouvant être impliqués lors de la vaccination contre l’influenza et contre la COVID-19, un outil synthèse a été produit afin de mieux s’y retrouver.

 

 

Intervenants en soins infirmiers

Nous vous invitons à prendre connaissance des conditions applicables à votre situation se trouvant sur cette page; pour des informations complémentaires,

 

Infirmières et infirmiers et personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer la profession infirmière

Infirmières et infirmiers avec un plein droit d’exercice et personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer les activités de la profession infirmière

L’ensemble des infirmières et infirmiers ainsi que les personnes détentrices d’une autorisation spéciale peuvent procéder à la vaccination dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique

 

Pour en savoir plus

Infirmières et infirmiers avec une limitation du droit d’exercice

Les infirmières et infirmiers ayant un droit d’exercice limité aux activités liées à la COVID-19 peuvent faire la technique visant l’administration d’un vaccin contre l’influenza, les infections à pneumocoque ou la COVID-19, pour la durée de l’état d’urgence sanitaire.

Les conditions sont les suivantes :

  • S’assurer d’obtenir, le cas échéant, la formation requise visant à assurer la mise à jour de leurs connaissances relativement à l’administration d’un vaccin, afin de respecter leur obligation déontologique d’agir avec compétence dans l’accomplissement de leurs obligations professionnelles et de tenir compte des limites de leurs habiletés et connaissances;
  • S’assurer de la présence sur place de l’un des professionnels suivants pour procéder à l’évaluation préalable à la vaccination, assurer la surveillance clinique post-vaccination et intervenir en situation d’urgence : infirmière ou infirmier, médecin, sage-femme, inhalothérapeute ou pharmacien. 

Les infirmières et infirmiers avec une limitation du droit d’exercice peuvent procéder à la vaccination dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique, excluant celle des voyageurs, s’ils ont obtenu, auprès de l’OIIQ, le droit d’exercer cette activité réservée (signifie être « vaccinateur » au sens du Protocole d’immunisation du Québec).

 

Pour en savoir plus

CEPI, externes en soins infirmiers et personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer les activités de CEPI et d’externes en soins infirmiers

Candidates et candidats à l’exercice de la profession infirmière et personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer les activités de CEPI

Les CEPI et les personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer les activités de CEPI peuvent contribuer à la vaccination dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique, et ce, selon les conditions prévues par le Règlement sur les activités professionnelles pouvant être exercées par des personnes autres que des infirmières et des infirmiers.

Nous portons à votre attention que dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire, ces personnes pourront administrer le vaccin après évaluation de la personne par un vaccinateur (infirmière ou infirmier, médecin, pharmacien, inhalothérapeute ou sage-femme) présent sur les lieux. Un vaccinateur doit également être sur place pour assurer la surveillance clinique post-vaccination et intervenir en situation d’urgence.

Externes et personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer les activités d’externes en soins infirmiers

Les externes en soins infirmiers et les personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer les activités d’externes en soins infirmiers peuvent contribuer à la vaccination dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique, et ce, selon les conditions prévues par le Règlement sur les activités professionnelles pouvant être exercées par des personnes autres que des infirmières et des infirmiers.

Nous portons à votre attention que dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire, ces personnes pourront administrer le vaccin après évaluation de la personne par un vaccinateur (infirmière ou infirmier, médecin, pharmacien, inhalothérapeute ou sage-femme) présent sur les lieux. Un vaccinateur doit également être sur place pour assurer la surveillance clinique post-vaccination et intervenir en situation d’urgence.

Également, nous vous informons que pour la durée de l’état d’urgence sanitaire, des arrêtés ministériels sont venus apporter des modifications au Règlement quant à l’admissibilité à l’externat, aux lieux d’exercice permis ainsi qu’aux périodes d’externat. Pour en savoir plus, consultez : Parcours étudiant.

Étudiantes et étudiants en soins infirmiers

Étudiantes et étudiants en stage clinique

Les étudiantes et étudiants en soins infirmiers peuvent exercer les activités professionnelles pouvant être exercées par les infirmières et infirmiers, telles que l’activité de vaccination, selon les conditions prévues par le Règlement sur les activités professionnelles pouvant être exercées par des personnes autres que des infirmières et des infirmiers, notamment dans le cadre de leur programme d’études.

Nous portons à votre attention que les étudiantes et étudiants en soins infirmiers qui souhaitent apporter leur contribution à la vaccination en dehors de leur programme d’études peuvent se prévaloir du titre d’externe, qui permet de contribuer à la vaccination dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique. Pour en savoir plus sur le programme d’externat, consultez : Parcours étudiant. 

Pour la durée de l’état d’urgence sanitaire, ils peuvent également agir pour le compte d’un établissement de santé et de services sociaux. Pour en savoir plus, consultez l’onglet suivant.

Étudiantes et étudiants agissant pour le compte d’un établissement de santé et de services sociaux

Pour la durée de l’état d’urgence sanitaire, les étudiantes et étudiants en soins infirmiers peuvent administrer un vaccin contre l’influenza et contre la COVID-19, sans ordonnance, à toute personne âgée d’au moins 5 ans, aux conditions suivantes :

  • Avoir complété la première année d’un programme d’études collégiales ou d’un programme d’études universitaires de premier cycle dont le diplôme donne ouverture au permis d’exercice de la profession infirmière;
  • Agir pour le compte d’un établissement de santé et de services sociaux;
  • Avoir suivi une formation à cet effet, dispensée sous l’autorité du directeur des soins infirmiers d’un tel établissement;
  • S’assurer de la présence sur place de l’un des professionnels suivants pour procéder à l’évaluation préalable à la vaccination, assurer la surveillance clinique post-vaccination et intervenir en situation d’urgence : infirmière ou infirmier, médecin, sage-femme, inhalothérapeute ou pharmacien.

Aucune attestation n'est émise pour cette catégorie de personnes. Les étudiantes et étudiants ne détiennent aucun statut lié à l'OIIQ pour exercer cette technique.

Ces personnes ne peuvent pas signer leurs interventions en tant qu'« étudiante inf. » ou « étudiant inf. », puisqu'elles n'agissent pas à ce titre dans le cadre de leur programme d'études. Il est suggéré qu'elles s'identifient avec leur prénom et nom ainsi qu'avec le numéro de l'arrêté ministériel les autorisant à administrer un vaccin (ex. : Prénom Nom (arrêté 2021-022)).

Pour plus de détails, nous vous dirigeons vers l’établissement de santé et de services sociaux.

Personnes admissibles par équivalence

Personnes admissibles par équivalence en stage clinique

Les personnes admissibles par équivalence peuvent exercer les activités professionnelles pouvant être exercées par les infirmières et infirmiers, telles que l’activité de vaccination, selon les conditions prévues par le Règlement sur les activités professionnelles pouvant être exercées par des personnes autres que des infirmières et des infirmiers, notamment dans le cadre de leur programme d’études ou de leur formation complémentaire.

Nous portons à votre attention que dans le contexte de l’état d’urgence sanitaire, ces personnes pourront administrer le vaccin après évaluation de la personne par un vaccinateur (infirmière ou infirmier, médecin, pharmacien, inhalothérapeute ou sage-femme) présent sur les lieux. Un vaccinateur doit également être sur place pour assurer la surveillance clinique post-vaccination et intervenir en situation d’urgence.

Personnes admissibles par équivalence ayant obtenu une autorisation spéciale

Les personnes admissibles par équivalence (infirmières et infirmiers diplômés hors Canada) ayant obtenu une autorisation spéciale d’état d’urgence sanitaire peuvent faire la technique visant l’administration d’un vaccin contre l’influenza, les infections à pneumocoque ou la COVID-19, pour la durée de l’état d’urgence sanitaire.

Les conditions sont les suivantes :

  • S’assurer d’obtenir, le cas échéant, la formation requise visant à assurer la mise à jour de leurs connaissances relativement à l’administration d’un vaccin, afin de respecter leur obligation déontologique d’agir avec compétence dans l’accomplissement de leurs obligations professionnelles et de tenir compte des limites de leurs habiletés et connaissances;
  • S’assurer de la présence sur place de l’un des professionnels suivants pour procéder à l’évaluation préalable à la vaccination, assurer la surveillance clinique post-vaccination et intervenir en situation d’urgence : infirmière ou infirmier, médecin, sage-femme, inhalothérapeute ou pharmacien.

 

Pour en savoir plus

 

 

Vaccin contre la COVID-19 : des outils pour les patients souffrant d’allergies

L’Association des allergologues et immunologues du Québec a développé un algorithme en lien avec la vaccination contre la COVID-19 chez les patients avec des antécédents d’allergies.

 

 

 

Pour aller plus loin