Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique professionnelle
Perspective infirmière | Septembre-octobre 2020

Prééclampsie : intervenir lors d’un épisode aigu

Pour optimiser le suivi clinique

Par Émilie Lavallée, inf., M. Sc.

Prééclampsie : intervenir lors d’un épisode aigu
Développement professionnel (ACFA) | Prééclampsie : intervenir lors d’un épisode aigu

La grossesse est un événement heureux… la plupart du temps. En plus des maux gestationnels courants, comme les nausées et la fatigue, la grossesse présente parfois un risque majeur pour la santé de la future mère ou de l’enfant à naître.

D’ampleur mondiale, les troubles hypertensifs de la grossesse (THG) figurent parmi les complications gestationnelles graves (ASPC, 2017; Duley, 2009). La prééclampsie et l’éclampsie se démarquent des autres troubles hypertensifs, car elles sont responsables de nombreux décès maternels annuellement. Le taux de prééclampsie est assez stable au Canada, se situant à 11,5 cas sur 1000 accouchements en 2011 (ASPC, 2014, 2017). L’incidence de l’éclampsie a, quant à elle, diminué, passant de 1,5 à 0,5 cas sur 1000 accouchements entre 2004-2005 et 2014- 2015. Néanmoins, l’éclampsie et les complications associées aux troubles hypertensifs de grossesse demeurent la quatrième cause de mortalité maternelle au Canada. Aux États-Unis, les complications de la prééclampsie sont responsables de 30 % des décès maternels (Lisonkova et al., 2014). Cela démontre l’importance d’intervenir de façon optimale lors de la survenue de cette maladie. En effet, la mortalité maternelle est en général attribuable à l’évolution de la prééclampsie vers l’éclampsie (ce qui n’est pas nécessairement le cas pour les atteintes foetales). L’infirmière ou l’infirmier occupe un rôle essentiel dans la prise en charge des femmes présentant un épisode aigu de prééclampsie.

Grâce à sa compréhension du phénomène, il ou elle peut détecter de façon précoce des signes de complication grave. Sa rigueur dans l’évaluation clinique permet une intervention rapide, tout en réduisant des conséquences évitables.

 

Objectifs d’apprentissage
  1. Comprendre et interpréter le bilan sérique et urinaire de prééclampsie.
  2. Reconnaître les principales complications associéesà la prééclampsie.
  3. Déterminer les interventions infirmières optimales lors d’un épisode aigu de prééclampsie.

 

Pour aller plus loin