Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité

Retirer un stérilet

03 avr. 2019
Retirer un stérilet

Cet article fait suite à Champ d’exercice infirmier : testez vos connaissances où nous vous demandions d’associer des actes à des activités réservées.

 

Retirer un stérilet fait référence à l’activité réservée d'effectuer et ajuster un traitement médical, selon une ordonnance.
 

Le retrait d’un stérilet peut être effectué par une infirmière lorsqu’elle détient une ordonnance ou qu’elle est autorisée à prescrire dans le domaine de la santé publique (contraception-ITSS), selon le protocole de contraception du Québec.

Rappelons qu'au titre de ses obligations déontologiques, l’infirmière habilitée à retirer un stérilet doit le faire avec compétence. À cet égard, l'article 17 du Code de déontologie des infirmières et infirmiers précise que l'infirmière doit « agir avec compétence », c'est-à-dire qu'elle doit « exercer » sa compétence. Ainsi, l’obligation d’agir avec compétence impose d’une part aux infirmières de tenir compte des limites de leurs habiletés et connaissances. D’autre part, si l’état de santé de la personne l’exige, l’infirmière doit consulter un médecin, une infirmière praticienne spécialisée (IPS) ou une autre infirmière détenant l’expertise requise.

Plus spécifiquement ici, puisqu’un examen au spéculum doit être réalisé afin de procéder au retrait du stérilet, l’infirmière qui retire un stérilet doit détenir les compétences pour faire un examen gynécologique. Par ailleurs, en présence de contre-indications au retrait du stérilet, comme une dyspareunie profonde, une sensibilité abdominale basse, de la fièvre ou des frissons, des pertes vaginales anormales ou sanguines irrégulières ou encore une ménorragie, l’infirmière doit diriger la patiente vers un médecin ou une IPS.

Puisque l’installation d’un stérilet ne peut être faite que par un médecin ou une IPS, il va de soi que le retrait d’un stérilet en vue d’en réinstaller un autre immédiatement après se fera simultanément par ce même professionnel, afin de minimiser le nombre d’interventions pour la femme.  

Enfin, il revient aussi à l’établissement de déterminer les conditions locales régissant l’exercice des activités réservées, en respect des champs d’exercice des professionnels, puisque la Loi sur les services de santé et les services sociaux (LSSS) confie aux établissements des responsabilités qui leur permettent de baliser la pratique des professionnels en fonction des besoins et du contexte propres au milieu.

L’utilisation de l’outil d’aide à la décision publié dans le numéro de janvier-février 2019 de Perspective infirmière peut soutenir à la fois l’infirmière dans sa prise de décision et un établissement à déterminer les conditions locales régissant le retrait d’un stérilet.

 

Pour en savoir plus

Pour aller plus loin