Salle de presse

Communiqués

Prix Innovation clinique Banque Nationale 2015

Des familles rassurées et des ressources mieux utilisées grâce au constat de décès à distance

Scott-Jonction, le 29 mai 2015 – 

Le prix Innovation clinique Banque Nationale 2015 de l’Ordre régional des infirmières et infirmiers de Chaudière-Appalaches est décerné au projet intitulé « Contribution de l’infirmière lors d’un constat de décès à distance au CSSS Alphonse-Desjardins ».

Dans le cadre de ce projet, l’infirmière devient une ressource pivot en cas de décès d’un usager ayant une ordonnance de non-réanimation, survenant soit en soins à domicile, en milieu d’hébergement, ou à l’Hôtel-Dieu de Lévis. La contribution de l’infirmière au constat de décès à distance se réalise en deux temps, soit avant le décès et au moment de celui-ci. Avant le décès, l’infirmière s’assure que la situation clinique répond à la définition d’un décès attendu et obtient de la famille l’information requise. Au moment du décès, l’infirmière procède à la constatation du décès, le consigne et transmet les données cruciales au médecin pour qu’il puisse dresser le constat de décès à distance. Cette initiative permet une utilisation maximale du champ d’exercice de l’infirmière et l’utilisation judicieuse des services du médecin et de l’équipe paramédicale. Au moment du décès, le médecin n’est pas toujours sur place, ce qui entraîne des délais significatifs et des démarches inutiles pour la famille. Grâce à ce projet, on utilise donc les bonnes ressources, au bon endroit et au bon moment. Les proches apprécient également la présence de l’infirmière, qui les accompagne jusqu’à la toute fin.

Jusque-là, dans les cas de décès à domicile, l’intervention des techniciens ambulanciers ou des policiers causait des situations tendues pour les proches, qui devaient répondre à plusieurs questions au moment où ils vivaient un moment difficile. Par ailleurs, dans les centres d’hébergement et les hôpitaux, il était souvent difficile de joindre un médecin, ce qui retardait la rédaction des constats de décès. L’évaluation réalisée par l’infirmière au moment du décès se limitait alors à quelques données, comme la prise des signes vitaux. Le médecin devait se déplacer pour constater le décès.

Soulignons que le Code civil du Québec stipule que le constat de décès doit être rédigé par un médecin. En 2014, l’OIIQ et le Collège des médecins du Québec (CMQ) ont déposé une demande de modifications législatives afin d’habiliter une infirmière à dresser le constat et à remplir le bulletin de décès de façon autonome. Dans l’attente des changements législatifs souhaités, l’OIIQ et le CMQ sont d’avis qu’il est possible d’appliquer une mesure transitoire afin que le constat de décès soit dressé et que le bulletin de décès soit rempli à distance par le médecin à partir des constatations de l’infirmière. C’est dans ce contexte que l’équipe a créé les outils administratifs et cliniques afin de mettre en œuvre ce projet.

Dès la présence de signes et symptômes annonciateurs d’un décès, l’infirmière effectue un suivi et une surveillance auprès de la personne en fin de vie. Elle recueille auprès de la famille et de la personne mourante des données sur l’identité de cette dernière, des renseignements médicaux et d’autres sur l’entreprise funéraire. Au moment du décès, elle s’assure de l’identité du défunt et rédige l’historique du décès par un examen physique plus complet du corps (signes vitaux et neurologiques, rigidité, signes de traumatisme et lividité). Avec l’aide d’Info-Santé, elle transmet ces données à l’infirmière de l’Unité de coordination clinique de services préhospitaliers d’urgence afin que le médecin puisse établir le constat de décès à distance. Dans le cas des soins à domicile, un employé de l’entreprise funéraire se rend maintenant directement au domicile de la personne décédée, libérant ainsi les équipes ambulancières pour les situations urgentes.

Au 7 février 2015, 479 interventions de constat de décès à distance ont été effectuées au CSSS, dont 118 au soutien à domicile, 239 en milieu d’hébergement et 122 à l’Hôtel-Dieu de Lévis, et ce, par 158 infirmières.

Les familles ont dit qu’elles avaient éprouvé un sentiment de sécurité et moins d’anxiété par rapport aux démarches à accomplir en cas de décès grâce à la présence de l’infirmière et à son accompagnement au cours des dernières heures précédant le décès. De leur côté, les infirmières apprécient la valorisation de leur rôle et ont le sentiment de mieux accompagner la personne en fin de vie ainsi que sa famille. Ce changement de pratique améliore aussi le mode de prestation de soins, se traduisant par une meilleure complémentarité infirmière-médecin, par une optimisation de la continuité des soins et par un partenariat plus efficient avec les ressources internes et externes.
Ce projet est actuellement déployé dans l’ensemble de la région Chaudière-Appalaches et dans celle du Bas-Saint-Laurent. Il pourrait aussi être appliqué ailleurs.

L’équipe de projet est composée de :

  • Céline Saint-Onge, directrice des soins infirmiers, de la qualité et de la santé publique;
  • Sylvie Côté, conseillère-cadre en activités cliniques;
  • Denise Hébert, chef de l’Unité de coordination clinique de services préhospitaliers d’urgence;
  • Suzanne Roy, conseillère-cadre en activités cliniques.

Le concours Innovation clinique a été lancé par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec en 1995. Il vise à mettre en valeur les contributions cliniques novatrices des infirmières et des infirmiers de toutes les régions du Québec à la santé de la population, à la qualité des soins offerts, et à l’avancement de la profession infirmière. Il contribue également à susciter l’échange d’information entre les membres de la profession. Les gagnants régionaux reçoivent une bourse de 1 000 $, et ils sont admissibles au Grand prix Innovation clinique remis à l’occasion du congrès annuel de l’OIIQ, qui se tiendra les 9 et 10 novembre 2015.

– 30 –

Source :
Ginette Bernier
Ordre régional des infirmières et infirmiers de Chaudière-Appalaches

Information :
Céline Saint-Onge
Directrice des soins infirmiers, de la qualité et de la santé publique
418 380-8996, poste 182636                

Lauréanne Marceau
Chargée de projets, communication et relations avec les médias
Ordre des infirmières et infirmiers du Québec
514 935-2501, poste 258
514 895-1987