Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Chronique jeunesse

Soyez votre voix

Jessica Rassy, présidente du Comité jeunesse

|
01 déc. 2017
Soyez votre voix

Lorsque nous arrivons sur le marché du travail, il peut être difficile de trouver notre place en tant que jeune infirmière ou jeune infirmier.

En plus de nous intégrer à une équipe, nous devons faire le pont entre les cours théoriques et la réalité du terrain, dire adieu à notre vie d’étudiants, pour entrer dans la vie professionnelle avec les joies, les défis et les responsabilités qu’elle apporte. 

Certains d’entre nous ont été des candidats à l’exercice de la profession infirmière (CEPI), certes, mais une fois l’examen de l’Ordre réussi, porter le titre d’infirmière ou d’infirmier nous ouvre les portes d’une toute nouvelle réalité. Ce passage change les choses pour soi, mais aussi la perception et les exigences des autres. Plus que jamais, c’est le moment de foncer, de nous faire confiance et de nous investir dans ce qui nous passionne.

Souvenir de ma première journée

Je me souviens de mes premières journées à l’Hôpital Rivière-des-Prairies; je n’arrivais pas à croire que je pouvais finalement pratiquer seule comme infirmière! J’étais aussi très stressée d’oublier des notions théoriques, de faire des erreurs ou de ne pas savoir comment intervenir dans des cas complexes. Je dirais que ma période de préceptorat m’a grandement aidée à me sentir en confiance. Je n’oublierai jamais l’accueil chaleureux de ma préceptrice, Nathalie Maltais. Son soutien et son dévouement ont vraiment fait une grande différence dans cette période de transition.

Faisons une différence dans la vie de nos patients

Mettons notre passion, notre enthousiasme et notre détermination à contribution pour faire une différence dans la vie de nos patients. N’ayons pas peur de questionner nos collègues plus expérimentés si nous avons un doute. Cela ne remet pas en question notre place dans l’équipe, au contraire. Ce comportement démontre notre soif d’apprendre, notre intérêt et notre volonté de collaborer avec eux, d’évoluer, d’avancer sur le plan professionnel. En plus de bénéficier de leur expertise et de celle des autres professionnels de la santé qui nous entourent, avec qui nous collaborerons, faisons valoir notre jugement clinique, nos connaissances et nos idées dès que nous en avons l’occasion. C’est de cette façon que, petit à petit, nous prendrons notre place au sein de notre équipe. 

Apprenons à oser

Grâce à notre regard neuf, à notre parcours différent, nous représentons le changement et l’avenir. Soyons à l’écoute de l’expérience des autres, mais sachons aussi saisir la moindre occasion qui se présente à nous et impliquons-nous. N’hésitons pas à nous remettre en cause, mais aussi à proposer. Donnons-nous la chance d’aller encore plus loin, d’apprendre toujours plus, de nous nourrir de connaissances, de savoir. Cette implication et ce savoir seront des sources incroyables de motivation, de réussite et d’épanouissement professionnel, mais aussi personnel. 

S’impliquer : une clé de la réussite

Pour ma part, j’ai choisi de m’impliquer au sein du Comité jeunesse de l’OIIQ. J’avais envie de relever de nouveaux défis, de collaborer avec d’autres membres de la relève, d’exercer mon leadership, de développer mon pouvoir politique, de donner une voix aux jeunes infirmières et infirmiers, de faire avancer la pratique clinique et de me développer tant au niveau personnel qu’au niveau professionnel.

S’impliquer au Comité jeunesse permet de :

  • Rencontrer d’autres membres de la profession et d’échanger avec eux, en plus de s’inspirer de leur vécu, de leurs expériences, etc.
  • Développer des qualités professionnelles, dont son leadership;
  • Faire entendre ses idées et écouter celles des autres;
  • Mieux comprendre les enjeux d’une situation professionnelle;
  • Développer une rigueur dans l’approche d’un problème pour y trouver une solution;
  • Aider au développement ou au soutien des infirmières et infirmiers de la relève, notamment par la mise en place de différents Comités relève infirmière (CRI) du Québec.

« Je retiens de mon passage au Comité jeunesse l’importance de s’engager, de questionner, de s’affirmer et de comprendre. J’ai compris l’importance de l’environnement politique; j’ai su assumer mon leadership et j’ai fait du réseautage avec les membres de ma profession et ceux des autres professions gravitant dans le réseau de la santé » - Julie St-Onge, conseillère cadre en soins infirmiers et présidente du Comité jeunesse de l’OIIQ de 2009 à 2012

Définir et faire évoluer la profession infirmière

En début de carrière, avec tous les défis et les changements que nous vivons dans notre vie personnelle et professionnelle, il n’est pas toujours évident de trouver le temps ou la motivation de nous impliquer. Toutefois, il nous appartient maintenant de définir et de faire évoluer notre nouvelle profession. Comment? En étant nous-mêmes, en occupant notre champ d’exercice avec compétence et fierté et en osant faire part de notre vision. 

« N’hésitez pas à apporter votre contribution. Nourrissez-vous des propos des collègues de votre milieu et d’autres milieux afin de mieux comprendre les différentes réalités professionnelles des infirmières et des infirmiers, pour que vos interventions soient le reflet d’une certaine réalité commune. » - Martin Decoste, IPSPL et instigateur du Comité jeunesse de l’OIIQ en 1997

Faire évoluer notre profession peut se traduire de différentes façons. Nous devons croire en notre rôle, nous responsabiliser et continuer sans relâche de faire reconnaître notre expertise. Nous devons également actualiser nos connaissances pour ainsi offrir les meilleurs soins possibles à nos patients.

« Je souhaite aux infirmières et infirmiers de la relève, présente et future, toute l’autonomie et la détermination nécessaires pour faire croître leurs idées et les mener à terme. Je leur souhaite aussi la confiance en leurs capacités et en leurs idées, car de là peuvent naître de belles initiatives qui, on ne le sait jamais, peuvent apporter de nouvelles perspectives à la profession. » - Julie Poirier, IPSPL et présidente du Comité jeunesse de l’OIIQ de 2002 à 2009

En tant que relève infirmière, nous représentons le tiers de l’effectif infirmier au Québec. N’ayons pas peur de prendre notre place, d’utiliser au maximum notre champ d’exercice et de faire entendre nos idées. 

Faisons-le pour nous et pour notre profession. Faisons-le également au nom de la santé des Québécois.

Et vous, quel conseil donneriez-vous à une jeune infirmière ou à un jeune infirmier?

 

 

Jessica Rassy.
Présidente du Comité jeunesse de l’OIIQ


Merci à Julie Poirier, Julie St-Onge et Martin Decoste pour leur témoignage qui m’ont inspiré cette chronique.