Contenu clinique
Supplément - L'OIIQ, 100 ans à veiller sur la santé

Un examen professionnel en évolution

1990

L’examen professionnel de l’OIIQ vise à déterminer si la candidate ou le candidat à l’exercice de la profession infirmière (CEPI) est apte à exercer la profession.

p>Il s’agit d’un des mécanismes permettant à l’OIIQ de remplir sa mission de protection du public. Il subira diverses transformations au fil du temps, toujours en vue d’évaluer avec le plus de justesse possible l’aptitude des CEPI à exercer la profession au Québec.

la fin des années 1990, l’OIIQ prend la décision de développer son propre examen professionnel afin de remplacer l’examen pancanadien. Il estime essentiel d’assurer la présence d’un contenu clinique qui reflète bien la réalité du contexte de l’exercice de la profession infirmière au Québec.

2000

Découlant de la révision des mécanismes de protection du public de l’OIIQ entreprise en 1998, l’examen de l’OIIQ entre en vigueur le 1er janvier 2000. Un comité composé d’infirmières ayant une formation universitaire, d’une enseignante en soins infirmiers au niveau collégial et d’une professeure d’université est constitué pour chapeauter la création du nouvel examen, conjointement avec le Centre d’évaluation des sciences de la santé de l’Université Laval (CESSUL). L’examen est composé d’un volet écrit et d’un volet pratique.

2018

Depuis 2018, l’examen professionnel consiste en un examen écrit comprenant entre 45 et 50 situations cliniques auxquelles se rattachent environ 135 à 150 questions. L’OIIQ est particulièrement attentif, dans cet examen professionnel, à la capacité des CEPI à exercer leur jugement clinique afin de prendre les décisions qui s’imposent et d’intervenir de façon appropriée dans chacune des situations.