Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

En bref

Une alliance gagnante pour les personnes atteintes de cancer

Réseau de la santé et milieu communautaire

Nancy Nadeau, infirmière pivot, et Véronique St-Laurent

Une alliance gagnante pour les personnes atteintes de cancer

Plus de 53 000 Québécois recevront un diagnostic de cancer en 2018. Avec le vieillissement de la population, le nombre de cas ne cessera d’augmenter dans les prochaines années. Comment pouvons-nous répondre aux besoins croissants des personnes atteintes de cancer et de leurs proches dans un contexte où les ressources du réseau de la santé sont limitées?

Le cancer est complexe et il s’avère irréaliste de s’attendre à ce que les équipes soignantes puissent répondre à l’ensemble des besoins de leurs patients. Il est donc primordial de diriger les demandes vers les bons services et les ressources appropriées afi n que la clientèle puisse obtenir un soutien adéquat et des réponses à ses préoccupations. Dans un tel contexte, de nouvelles formes de collaboration entre le réseau de la santé et un organisme communautaire comme la Société canadienne du cancer (SCC) s’imposent.

 

Des ressources répondant aux besoins non comblés

Un récent rapport révèle que le soutien émotif et l’information sont les domaines d’intervention pour lesquels les patients se disent les plus insatisfaits (Partenariat canadien contre le cancer, 2016). Heureusement, il existe plusieurs ressources pouvant améliorer l’expérience des patients à cet égard. Une fois le diagnostic reçu, les personnes touchées par le cancer vont souvent par elles-mêmes chercher sur Internet. Toutefois, au lieu d’être rassurante, la recherche en ligne susciterait plutôt de l’incompréhension et de l’anxiété chez les patients et leurs proches1. Pour combler ce besoin d’être renseigné, la SCC offre depuis plus de 20 ans la possibilité de parler avec un spécialiste en information formé et compétent. L’information vulgarisée, fi able et crédible est révisée régulièrement par des experts, en plus d’être livrée avec sensibilité et empathie. Aucun conseil médical n’est prodigué par les spécialistes en information. L’approche vise plutôt à outiller les gens à prendre des décisions éclairées et à renforcer la relation entre le patient et l’équipe soignante. Les préoccupations des personnes touchées par le cancer sont multiples et souvent d’ordre pratico-pratique. Certains organismes ferment leurs portes, d’autres offrent de nouveaux services. Il devient difficile pour le personnel soignant d’être à jour sur tous les changements ou nouvelles ressources. Grâce au répertoire de ressources de la SCC contenant plus de 1 000 services au Québec, les spécialistes en information sont en mesure de diriger les personnes vers toute une panoplie de services, tels que de l’aide financière ou des services de transport, pouvant contribuer à alléger le fardeau de la maladie.

 

Besoins émotifs

Selon une récente étude canadienne, 56 % des patients éprouvant des préoccupations d’ordre émotif lors de l’annonce du diagnostic n’ont pas été orientés vers des services qui les aideraient à mieux composer avec leur anxiété (Coronado et al, 2016). Les patients souffrant de troubles anxieux ou psychologiques sévères doivent être pris en charge par le réseau, mais la grande majorité peuvent trouver du réconfort auprès des services du milieu communautaire. La SCC répond aux besoins émotifs par ses trois programmes de soutien par les pairs : - le jumelage téléphonique par lequel une personne touchée peut parler à un bénévole formé « qui est aussi passé par là »; - les groupes de soutien mensuels, tous animés par des professionnels de la santé; - le réseau social en ligne ParlonsCancer.ca, disponible 24 heures sur 24, et modéré par l’équipe de soutien psychosocial de la SCC. En ligne, au téléphone ou en personne, les personnes atteintes et leurs aidants peuvent choisir la forme de soutien qu’ils préfèrent.

 

Quelques pistes pour une collaboration efficiente

Au CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec, par exemple, il a été décidé d’offrir à tous les nouveaux patients ayant reçu un diagnostic de cancer une pochette contenant de l’information, dont le dépliant des services de soutien et la brochure Faire face au cancer de la SCC. La référence systématique à la SCC est un autre moyen de resserrer le maillage entre le réseau de la santé et les ressources du milieu communautaire. Le principe est simple : l’infirmière obtient l’autorisation du patient d’être contacté par un spécialiste en information, lequel prendra le temps de répondre à ses questions et de discuter de ses préoccupations afi n de l’orienter vers les ressources appropriées. À ce jour, la SCC a des ententes de référencement systématique avec des établissements de quatre régions. Le réseau de la santé et le milieu communautaire partagent une vision commune : une meilleure qualité de vie pour les personnes atteintes de cancer et leurs proches. Travailler ensemble, c’est faire de cette vision une réalité.

 

1Sondage réalisé par la société Vision Critical auprès de 1 508 Canadiens (dont 371 Québécois) en janvier 2016 pour le compte de la Société canadienne du cancer

 

Les auteures

 

Nancy Nadeau

inf.
Infirmière pivot au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Mauricie-et-du-Centredu-Québec et animatrice des groupes de soutien mensuels de la Société canadienne du cancer.

 

Véronique St-Laurent

coordonnatrice
Coordonnatrice du Service d’information sur le cancer de la Société canadienne du cancer. Article rédigé avec la collaboration de Nathalie Parent, chargée de projet, programmes et politique

Références

Coronado, A. C., Tran, K., Chadder, J., Niu, J., Fung, S., Louzado, C., . . . the Technical Working, G. (2017). The experience of patients with cancer during diagnosis and treatment planning: A descriptive study of Canadian survey results.   Current Oncology, 24(5), 332-337.

Partenariat canadien contre le cancer. (2016). Rapport de 2016 sur le rendement du système de lutte contre le cancer.

Pour aller plus loin