Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité
Lauréats régionaux Innovation infirmière Banque Nationale 2020

Une première intégration des IPSPL dans les services en santé sexuelle

15 oct. 2020
Une première intégration des IPSPL dans les services en santé sexuelle

Sous l’effet conjugué de la pénurie d’effectifs médicaux dans les centres locaux de services communautaires (CLSC) et de la recrudescence des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) au Québec, le CISSS des Laurentides peinait à répondre aux besoins en santé sexuelle dans deux de ses points de service.

Pour pallier ce manque, Isabelle Savard, infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL), a eu l’idée d’intégrer des IPSPL dans les équipes de services de santé sexuelle – une première au Québec.

Une utilisation judicieuse des compétences des IPSPL

Dans les Laurentides, les services de dépistage s’offrent dans les cliniques jeunesse et dans le cadre des services intégrés de dépistage et de prévention (SIDEP), destinés aux personnes à risques accrus en santé sexuelle, comme les personnes travailleuses du sexe, les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes ou les personnes qui font l’usage de drogues.

Les infirmières et infirmières cliniciennes y exercent pleinement leur champ d’exercice. Elles jouent un rôle crucial pour dépister les ITSS, évaluer et traiter les personnes asymptomatiques, prescrire des moyens de contraception et faire de la vaccination ainsi que de l’enseignement. Toutefois, jusqu’à tout récemment, elles devaient adresser à un médecin les personnes présentant des symptômes d’ITSS et celles qui nécessitaient l’installation d’un dispositif intra-utérin.

« Ces personnes doivent normalement obtenir une consultation en 48 heures, mais elles étaient souvent vues trop tard. Or, les IPSPL sont habilitées à évaluer et traiter les personnes symptomatiques, à dépister les ITSS et à retirer et installer des stérilets. Elles pouvaient donc agir immédiatement en permettant à ces personnes de recevoir un traitement adéquat et potentiellement contribuer à réduire la prévalence des ITSS sur le territoire des Laurentides », explique Isabelle Savard.

À partir de 2018, elle a donc élaboré ce projet avec la participation conjointe de la direction de la santé publique et de la direction des soins infirmiers du CISSS des Laurentides. Depuis avril 2019, grâce à un prêt de service, cinq IPSPL travaillent en collaboration avec les infirmières et les médecins aux points de service de Saint-Jérôme et de Des Sommets – Pays-d’en-Haut, à raison de deux demi-journées par semaine dans chaque point de service.

Une excellente collaboration intraprofessionnelle

L’initiative améliore significativement la qualité et la sécurité des soins, et présente des avantages autant pour les patients que pour les équipes de soins. « Les patients sont reçus dans les délais prescrits, et chacun des professionnels impliqués déploie pleinement son champ d’exercice, se réjouit Isabelle Savard. De plus, on constate une superbe collaboration intraprofessionnelle. Comme elles partagent la même culture professionnelle, les infirmières n’hésitent pas à venir poser des questions aux IPSPL et à leur transmettre des informations cliniques. C’est très enrichissant des deux côtés, parce que ces infirmières ont aussi tout un bagage d’expertise. Ça donne lieu à de beaux échanges! »

La présence des IPSPL répond manifestement aux besoins, car leur horaire est complet pour les deux demi-journées dans chaque milieu. Les résultats sont si concluants que le projet, qui devait durer un an, sera pérennisé, et pourrait même s’élargir à d’autres points de service ou à d’autres régions. Isabelle Savard, quant à elle, espère qu’il ouvrira le domaine de la santé publique à d’autres IPSPL. 

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement?  

Contactez Isabelle Savard pour en savoir plus.

Pour aller plus loin