Communiqué de presse

Une première ligne interprofessionnelle pour améliorer l’offre de services en santé

02 févr. 2022
Une première ligne interprofessionnelle pour améliorer l’offre de services en santé

L’OIIQ plaide pour un meilleur accès en favorisant l’usage de l’expertise infirmière

Montréal, le 2 février 2022 - L’offre de services de première ligne en santé doit être revue en misant sur une collaboration interprofessionnelle accrue. Le président de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), Luc Mathieu, a livré ce message lors de son audience à la Commission de la santé et des services sociaux sur le projet de loi 11 concernant la Loi visant à augmenter l’offre de services de première ligne par les médecins omnipraticiens et à améliorer la gestion de cette offre.

« En 2022, la force d’une première ligne ne peut reposer sur les épaules d’un seul professionnel, en l’occurrence le médecin omnipraticien. Nous considérons que la version actuelle du projet de loi occulte un pan important de la solution à la question de l’offre de services de première ligne et de son enjeu d’accessibilité, en ne misant pas sur la collaboration et l’expertise interdisciplinaires déjà présentes, dont celles des infirmières et infirmiers », déplore M. Mathieu.

Expertise infirmière

Un changement s’impose. Les modèles d’organisation des soins et services doivent être repensés pour permettre l’intégration d’une expertise interprofessionnelle forte, dont celle des infirmières et infirmiers, ne reposant pas uniquement sur l’expertise médicale.

Il faut prioriser la mise en place d’une organisation du travail qui favorise la collaboration élargie entre les professionnels exerçant en première ligne, pour que l’expertise de chacun soit utilisée à bon escient. Les infirmières et infirmiers ont un champ d’exercice très vaste et ont les compétences requises pour offrir des services de première ligne à la population.

« Le bon soin doit être offert par le bon professionnel au bon moment », rappelle M. Mathieu.

Une amélioration significative de l’offre de services de première ligne doit prendre appui sur une reconnaissance de l’expertise de tous les professionnels concernés. Les modèles d’organisation de soins doivent tenir compte de l’apport considérable des infirmières et infirmiers, d’autant plus que ces professionnels sont présents dans plusieurs milieux et contextes de soins où des services de première ligne sont dispensés.

Contribution optimale

Au même titre qu’une vision hospitalocentriste ne peut tenir la route en 2022, une vision collaborative de la première ligne permettant une contribution optimale de tous les professionnels de la santé s’impose.

Les infirmières cliniciennes et infirmiers cliniciens peuvent d’ailleurs grandement contribuer à maximiser cette offre de services de première ligne et répondre à son enjeu d’accessibilité. Ces professionnels, ainsi que les infirmières praticiennes spécialisées et infirmiers praticiens spécialisés, sont en mesure d’offrir des soins et des services de façon autonome et sécuritaire, et ce, dans tous les milieux et contextes de soins que l’on retrouve en première ligne.

Les infirmières et infirmiers sont les professionnels les plus nombreux du réseau. Ce sont eux qui, à bien des égards, coordonnent, supervisent et prodiguent les soins aux patients. Il faut donc leur donner une formation adéquate, notamment en première ligne, afin qu’ils soient en mesure de déployer leur expertise tant recherchée aujourd’hui. Plus que jamais, il est essentiel de valoriser la profession infirmière.

À propos de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

L’OIIQ est le plus grand ordre professionnel dans le domaine de la santé au Québec. Il est régi par la Loi sur les infirmières et les infirmiers et par le Code des professions. L’OIIQ est également guidé par ses valeurs de gouvernance que sont la confiance, la bienveillance, le respect et l’équité. Il compte plus de 80 000 membres et quelque 16 000 personnes dans un parcours d’admission à la profession. Sa mission est d’assurer la protection du public par et avec les infirmières et infirmiers, tout en veillant à l’amélioration de la santé des Québécois. L’OIIQ a également pour mandat d’assurer la compétence et l’intégrité des infirmières et infirmiers du Québec ainsi que de contribuer à la promotion d’une pratique infirmière de qualité.