Infostats Vous désirez recevoir l'Infostats par courriel, cliquez-ici
ou consultez les numéros précédents
Volume 2, Numéro 3, avril 2010

Les départs à la retraite : un enjeu majeur pour la planification de la main-d'œuvre infirmière

Les départs massifs à la retraite des nombreux baby-boomers sont dorénavant imminents. Dès 2007-2008, le nombre d'infirmières âgées de 55 ans ou plus qui n'ont pas renouvelé leur droit d'exercice augmentait de 25 %. Les plus récentes données sur l'effectif infirmier du Québec indiquent que près de 15 000 infirmières sont maintenant âgées de 55 ans ou plus, âge auquel les départs à la retraite commencent. Et 11 000 autres infirmières, âgées de 50 à 54 ans, arriveront à cette étape dans les prochaines années. Mais à quel rythme les infirmières partent-elles à la retraite ? Une retraite du réseau public signifie-t-elle la fin de la vie professionnelle ? Infostats apporte un éclairage sur ces questions.

On observe au graphique 1 que les infirmières âgées de 55 ans ou plus représentent actuellement 21 % de l'effectif infirmier : il s'agit d'une infirmière sur cinq. Cette proportion était de 17 % il y a cinq ans. Les données sur le renouvellement annuel de l'inscription au Tableau de l'OIIQ indiquent qu'environ 10 % des infirmières âgées de 55 à 59 ans ne maintiennent pas leur droit d'exercice ; cette proportion atteint jusqu'à 20 % pour les infirmières de 60 ans ou plus1. Ce mouvement de main-d'œuvre aura un impact important sur le réseau public de la santé et des services sociaux (RSSS) puisque 83 % de l'effectif infirmier du Québec y travaille et constitue 50 % de l'équipe de soins de ce réseau. Par ailleurs, comme le montre le graphique 1, l'effectif infirmier commence à rajeunir, par suite de l'arrivée en nombre de jeunes infirmières depuis 2003.

Graphique 1 :

Nombre et pourcentage d'infirmières et infirmiers inscrits au Tableau de l'OIIQ selon la classe d'âge, 31 mars 2005 et 15 février 2010

Graphique 1

En ce qui a trait plus précisément au réseau public, les données de l'OIIQ démontrent que c'est à compter de 54 ans2 que des infirmières commencent à prendre leur retraite. L'âge moyen au moment de la retraite est de 58 ans3. Ainsi, le graphique 2 démontre que parmi les infirmières qui ont présentement 54 ans ou plus, la proportion de celles qui exercent dans le réseau public diminue avec l'âge alors que la proportion de celles qui exercent dans d'autres secteurs d'emploi augmente. Quant à la proportion de celles qui maintiennent leur droit d'exercice mais qui n'ont pas d'emploi, elle augmente également, bien qu'on note une diminution après 61 ans.

1- L'évolution de la proportion des membres qui ne renouvellent pas leur inscription au Tableau, par classe d'âge depuis 2004-2005, est présentée dans le Rapport statistique sur l'effectif infirmier 2008-2009.

2 - Les infirmières qui ont débuté dans le réseau à l'âge de 19 ans peuvent bénéficier d'une pleine retraite dès l'âge de 54 ans si elles cumulent 35 années de service.

3- Les infirmières n'étant pas tenues d'informer l'OIIQ de la prise de leur retraite du réseau, le nombre de ces infirmières est déterminé de la façon suivante : celles âgées de 54 ans ou plus qui, au 31 mars d'une année, déclarent exercer dans le RSSS et, au 31 mars de l'année suivante, n'y exercent plus. Ces infirmières peuvent ou non maintenir leur droit d'exercice.

Graphique 2 :

Nombre d'infirmières de 54 ans ou plus et pourcentage par situation et secteur d'emploi, selon l'âge au 15 février 2010

Graphique 2

Dans le réseau public, le nombre d'infirmières ayant atteint l'âge de la retraite a plus que doublé en dix ans

Le nombre d'infirmières du réseau public ayant atteint l'âge minimum de la retraite (54 ans) est passé de 4 100 en 2000-2001 à 10 300 en 2009-2010, soit une augmentation de 150 % en moins de dix ans.

Par ailleurs, le graphique 3 indique que la proportion des infirmières de 54 ans ou plus qui prennent leur retraite demeure plutôt stable depuis 2003‑2004, soit entre 18 et 19 %. Ainsi, en nombres, quelque 550 infirmières ont pris leur retraite du réseau en 2000‑2001 comparativement à 1 800 en 2008‑2009 (voir graphique 5). Les données pour 2009‑2010 ne sont pas encore disponibles, mais en supposant que le taux des départs à la retraite demeure stable, le nombre d’infirmières qui prendront leur retraite chaque année dépassera 1 900 pendant les cinq prochaines années au moins. De plus, toujours selon les données de l’OIIQ, entre 1 700 et 2 200 infirmières cessent d’exercer dans le réseau pour d’autres raisons4 et s’ajoutent aux nouvelles retraites chaque année. Les départs à la retraite constituent donc un enjeu majeur pour le réseau malgré l’arrivée attendue de 2 400 à 2 800 nouvelles infirmières au cours des prochaines années. Historiquement, 90 % de la relève amorce sa carrière dans le réseau public.

4- Les infirmières qui quittent le réseau peuvent reprendre leur travail après une absence temporaire (congé de maternité ou de maladie, par exemple).

Graphique 3 :

Nombre d'infirmières du RSSS âgées de 54 ans ou plus en début d'année et proportion prenant leur retraite en cours d'année

Graphique 3

Certains secteurs seront plus touchés que d'autres

Dans certains secteurs comme la santé mentale, la géronto-gériatrie et les soins périopératoires, la proportion des infirmières âgées de 55 ans ou plus atteint presque 25 %.

Le graphique 4 illustre que dans les secteurs mentionnés précédemment, la proportion des infirmières âgées de 55 ans ou plus est nettement supérieure à celle de l'ensemble des infirmières du RSSS qui est de 16,7 %. Cette proportion atteint 22,1 % en soins périopératoires, 23,2 % en santé mentale et jusqu'à 24,5 % en géronto-gériatrie. La situation est particulièrement inquiétante dans ce dernier domaine surtout si on considère que le vieillissement de la population fera croître la demande pour ces infirmières. En outre, le graphique montre également que ces secteurs ne semblent pas intégrer leur part de jeunes infirmières.

Graphique 4 :

Répartition par classe d'âge des infirmières de l'ensemble du RSSS et dans certains secteurs

Graphique 4


Une infirmière retraitée du réseau sur trois conserve son droit d'exercice

Depuis 2002-2003, entre 30 et 40 % des infirmières qui ont pris leur retraite du réseau public renouvellent leur inscription au Tableau de l'OIIQ pour l'année suivant leur retraite. Cela laisse penser que ces infirmières désirent encore contribuer à la prestation des services de santé offerts à la population québécoise.

En effet, le graphique 5 révèle que, depuis 2002-2003, entre 15 et 18 % des infirmières retraitées du RSSS continuent d'exercer la profession pendant l'année suivant leur retraite. De plus, entre 14 et 23 % conservent leur droit d'exercice mais ne déclarent pas d'employeur5. En outre, autour de 75 % des infirmières qui maintiennent leur droit d'exercice (avec ou sans employeur) après leur retraite du réseau le font pour plus d'un an (données non illustrées).

Les données présentées dans cet Infostats ne laissent aucun doute quant à l'ampleur des départs à la retraite à venir et à la nécessité de s'occuper de cet enjeu en priorité. Il est encore trop tôt pour apprécier l'effet du programme de primes mis sur pied par le MSSS à l'été 2009 pour encourager les infirmières expérimentées à retarder leur retraite, mais les données des deux prochaines années nous en apprendront certainement davantage.

5- Ces infirmières peuvent exercer des activités professionnelles ponctuelles au cours de l'année, par exemple participer aux campagnes de vaccination saisonnière.


Graphique 5 :

Nombre d'infirmières retraitées du RSSS et proportion selon l'inscription au Tableau de l'OIIQ et la situation d'emploi

Graphique 5

OIIQ


© 2009 OIIQ Tous droits réservés | ISSN 1920-7034