Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique professionnelle
Contenu Clinique | 12 mars 2021

Vaccination contre la COVID-19 : vaccins contre le SRAS-CoV-2 au Québec

Geneviève Boily, B. Sc., B.Sc. inf., M. Sc.

Vaccination contre la COVID-19 : vaccins contre le SRAS-CoV-2 au Québec

Deux types de vaccins contre la COVID-19 sont présentement homologués au Canada : des vaccins à ARN messager et des vaccins à vecteur viral.

Vaccins à ARN messager

Le vaccin est composé d’une partie du matériel génétique du virus (l’ARN messager). Une fois à l’intérieur des cellules humaines, il permet la synthèse de la protéine S du virus. Cette protéine est reconnue comme étrangère par l’hôte; elle entraîne donc une réponse immunitaire. Ainsi, lorsqu'une personne vaccinée entre en contact avec le virus SRAS-CoV-2, son système immunitaire reconnaîtra la protéine S du virus. Il sera ainsi en mesure de se défendre contre le virus et de prévenir l’infection.

Le vaccin à ARN messager ne peut pas donner la COVID-19 à la personne vaccinée, car il ne contient pas le virus. L’ARN messager n’entre pas dans le noyau de la cellule hôte. Par conséquent, il n’interfère pas avec son ADN. Par la suite, l’ARN messager se dégrade rapidement après la vaccination (source : MSSS, 2021b).

Deux vaccins à ARN messager sont utilisés au Québec. Il s'agit du vaccin Pfizer/BioNTech (PB COVID-19) et du vaccin Moderna (MOD COVID-19).

 

Efficacité des vaccins ARN messager

Des études cliniques de PB COVID-19 ont été effectuées chez plus de 40 000 personnes. Elles ont montré une efficacité de 95 % pour prévenir la COVID-19. Ce résultat est obtenu après l’administration de deux doses du vaccin, pour tous les groupes d’âge de 16 ans et plus.

Des études cliniques de MOD COVID-19 ont été effectuées chez plus de 30 000 personnes âgées de 18 ans et plus. Elles ont montré une efficacité de 94,1 % pour prévenir la COVID-19, après l’administration de deux doses du vaccin. Ce vaccin a également montré une efficacité de 100 % pour prévenir une maladie grave.

L’immunité est acquise rapidement après l’administration du vaccin. Une efficacité de 92,3 % pour le vaccin PB COVID-19 et de 92,1 % pour MOD COVID-19 a été démontrée 14 jours après l’administration de la première dose. Les études se poursuivent pour déterminer l’efficacité des vaccins à long terme (source : MSSS, 2021a).

 

Vaccins à vecteur viral

Le vaccin AstraZeneca (AZ COVID-19) et le vaccin Covishield ont été homologués à la fin du mois de février 2021. Ce sont deux vaccins à vecteur viral. Ce type de vaccin est produit avec une partie du matériel génétique du SRAS-CoV-2. Celui-ci est introduit dans un virus inoffensif pour l’humain et ne peut se répliquer. Cela permet la synthèse de la protéine S dans les cellules hôtes, ce qui entraîne la réponse immunitaire souhaitée (source : MSSS, 2021b).

Selon les recommandations du CIQ, ces vaccins peuvent être administrés à des personnes âgées de 45 ans et plus.

Le CIQ recommande de maintenir la suspension de l’utilisation du vaccin AZ COVID-19 et du vaccin Covishield chez les personnes âgées de moins de 45 ans en raison de très rares cas de thrombose avec thrombocytopénie survenus à la suite de l’administration des vaccins. Le CIQ considère que les bénéfices liés à la vaccination demeurent largement supérieurs aux risques pour les personnes âgées de 45 ans et plus (source : CIQ, 2021d, MSSS, 2021e

Ces vaccins devraient être utilisés particulièrement lorsque le contexte requiert des conditions de stockage ou de transport plus flexibles que celles offertes par les vaccins à ARN messager. Par exemple, dans le cas de personnes vivant à domicile et ne pouvant pas se déplacer, ou encore lorsque l’administration d’un vaccin à ARN messager est contre-indiquée. (source : CIQ, 2021c, MSSS, 2021e)

Toutefois, le CIQ recommande d’utiliser dans la mesure du possible un vaccin à ARN messager chez les personnes à risque très élevé de contracter la COVID-19 ou de présenter des complications. Ce n’est pas conseillé non plus pour des gens qui ne répondraient pas bien à tout vaccin. Cela inclut les résidents des CHSLD et des RPA, les personnes avec une immunodépression et les travailleurs de la santé les plus exposés. (source : CIQ, 2021cMSSS, 2021e) De plus, le CIQ recommande de privilégier les vaccins COVID-19 à Arn messager chez les femmes enceintes. (MSSS, 2021e) 

 


Efficacité des vaccins à vecteur viral

Des études d’efficacité du vaccin AZ COVID-19 ont été menées chez plus de 10 000 personnes. Elles ont montré une efficacité contre la COVID-19 de 64,1 % 22 jours après la première dose et de 62,1 % 14 jours après la deuxième dose. L’efficacité atteint 81,6 % lorsque l’intervalle entre les deux doses dépasse 12 semaines. (source : MSSS, 2021e) De plus, ces vaccins offrent une efficacité comparable à celle des vaccins à ARN messager pour prévenir les maladies graves, ce qui est l’objectif de la campagne de vaccination.

Les études cliniques et postcommercialisation montrent une efficacité très élevée (plus de 80 %) contre les formes sévères, hospitalisations et décès pour l’ensemble des vaccins disponibles, y compris chez les personnes de plus de 65 ans. Par contre, l’efficacité contre les formes légères à modérées de la COVID-19 pourrait être plus faible avec le vaccin AZ COVID-19 qu’avec les vaccins à ARN messager (source : CIQ, 2021c).

Une ou deux doses?

Le vaccin PB COVID-19 peut être administré aux personnes de 16 ans et plus. Le vaccin MOD COVID-19 peut, quant à lui, être administré aux personnes de 18 ans et plus. Pour les deux vaccins, deux doses par voie intramusculaire sont recommandées. On recommande également un intervalle minimal de 21 jours entre les deux doses (source : MSSS, 2021a).

Les vaccins AZ COVID-19 et Covishield peuvent être administrés à des personnes de 45 ans et plus. Pour les deux vaccins, deux doses par voie intramusculaire sont recommandées avec un intervalle minimal de 28 jours entre les deux doses.  (source : MSSS, 2021e).

Dans le contexte actuel, en raison de l’approvisionnement graduel en vaccins, des décisions ont dû être prises pour être en mesure de vacciner le plus de personnes possible avec les doses disponibles. Compte tenu de l’efficacité élevée du vaccin 14 jours après la première dose, il a été considéré que la deuxième dose pouvait être reportée (sources : CIQ, 2020a; 2021a). Dans le cadre de la campagne de vaccination, le directeur national de santé publique a émis une orientation afin que la deuxième dose soit administrée 16 semaines après la première. (source : MSSS, 2021a, 2021e).

 

Interchangeabilité des vaccins au Québec

Pour le moment, en raison de l’absence de données sur l’interchangeabilité des vaccins, une personne devrait recevoir le même vaccin pour toute sa série vaccinale. Toutefois, on ne reportera pas la vaccination si le produit déjà utilisé est inconnu ou indisponible. On complétera la vaccination avec un vaccin de type similaire ou si ce n’est pas possible, on utilisera le vaccin disponible sur place (source : MSSS, 2021a).

C'est le Protocole d’immunisation du Québec (PIQ) qui présente les informations concernant les deux vaccins :

  • leur composition;
  • la présentation;
  • la conservation;
  • les indications;
  • les contre-indications;
  • les précautions;
  • l’interchangeabilité;
  • l’interaction;
  • les manifestations cliniques après la vaccination;
  • l’administration;
  • la réponse aux vaccins.

(Source : MSSS, 2021a)

 

Le PIQ est la norme de pratique en vaccination au Québec et il a préséance sur les monographies (source : OIIQ, 2007).

 

D'autres vaccins à venir

Santé-Canada a autorisé un autre vaccin à vecteur viral : Janssen de Johnson & Johnson. L’information concernant les nouveaux vaccins homologués est rapidement ajoutée au PIQ.

Le vaccin Novavax et le vaccin Médicago, tous les deux en phase 3, pourraient éventuellement être autorisés au Canada.  

 

 

L'auteure

Geneviève Boily est conseillère scientifique et coordonnatrice professionnelle à la Direction des risques biologiques et santé au travail de l'Institut national de santé publique du Québec. Elle détient une formation en sciences infirmières et une maîtrise en santé communautaire.