Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité

Variole simienne : faire preuve de vigilance

Variole simienne : faire preuve de vigilance

La variole simienne se propage dans plusieurs endroits du monde ces dernières semaines, dont la région de Montréal, où des cas ont été confirmés. 

La variole simienne est une maladie causée par le virus Monkeypox, un virus de la famille des Poxviridae, genre Orthopoxvirus. Il s’agit d’un virus endémique dans certains pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest, où les gens sont habituellement infectés à la suite d’un contact zoonotique (donc transmis à l’humain par des animaux comme des rongeurs ou des primates).

Ce virus ne fait aucune discrimination liée au sexe, au genre ou à l’orientation sexuelle et sa transmission ne se limite pas qu’aux rapports sexuels. Il est donc recommandé d’avoir une approche bienveillante et la plus adaptée possible pour intervenir auprès de communautés traditionnellement stigmatisées.

Les infirmières et infirmiers en contact avec une clientèle présentant des symptômes de la variole simienne doivent être vigilants, car ces derniers pourraient ressembler à certaines ITSS comme la syphilis, le chancre mou, l’herpès et la varicelle/zona, et ainsi créer de la confusion.

Vaccination

Les infirmières et infirmiers ont un rôle de premier plan à jouer dans la prévention et la protection en matière de maladies évitables par la vaccination, comme c’est le cas avec la variole simienne. En effet, leur rôle permet de veiller à ce que la population québécoise ait accès aux vaccins recommandés et soit vaccinée aux moments opportuns, afin de bien les protéger contre les maladies évitables par la vaccination.

Les données concernant l’éclosion de variole simienne évoluant rapidement, les professionnels de la santé sont invités à consulter régulièrement les sites Web des organismes de référence en santé et santé publique en vue d’obtenir les plus récentes données.

Pour en savoir plus

Pour aller plus loin